L'altération des voies aériennes

Les voies respiratoires de l’homme commencent par les narines et se dirigent ensuite vers le nasopharynx, puis par l’oropharynx (région située à l’arrière de la bouche et de la langue) qui conduit à son tour au larynx. Le larynx lui-même est divisé en trois parties: supra glotte, glotte et sous glotte. De là, les voies respiratoires mènent à la trachée et aux bronches puis aux poumons. Le larynx est en réalité la bifurcation ou carrefour du tractus aéro-digestif et est le plus souvent impliqué dans les états provoquant un stridor respiratoire : c’est un souffle sonore dur qui indique une grave obstruction des voies respiratoires. La zone du nez jusqu’aux cordes vocales constitue les voies respiratoires supérieures et la trachée, les bronches avec les poumons forment les voies respiratoires inférieures.

Il existe plusieurs pathologies : congénitale, acquise et tumeurs pouvant compromettre les voies respiratoires. Ces problèmes entraînent une diminution du taux d’oxygène dans le sang et peuvent mettre la vie en danger. Les pathologies du larynx et des voies respiratoires inférieures doivent être mentionnées car elles entraînent des taux de mortalité élevés.

Les malformations laryngées infantiles et pédiatriques courantes observées dans une organisation ORL sont la laryngomalacie (voie respiratoire obstructive), la sténose sous-glottique (blocage induit par le cartilage solide), les hémangiomes (anomalie vasculaire), les papillomes laryngés, les fistules laryngo-trachéales et les kystes. Ces pathologies sont observées à la naissance ou dans les deux premières années de la vie.

Avec une population en augmentation et des accidents de la route de plus en plus fréquents, les villes modernes du monde voient un grand nombre de patients souffrant de blessures au cou, à la tête et à la moelle épinière nécessitant des trachéotomies immédiates (trou dans la trachée à l’avant du cou) ou des lésions endotrachéales à long terme. Des intubations sont parfois effectuées. Les patients admis dans des unités de soins intensifs sont fréquemment intubés pour un sepsis (syndrome d’infection générale) ou pour des affections cardiaques, rénales et abdominales graves. Tous ces facteurs entraînent des lésions laryngo-trachéales conduisant à des sténoses des voies respiratoires. Sténose signifie rétrécissement et fermeture partielle ou complète des voies respiratoires, généralement au niveau de la des cordes vocales qui laisse le patient handicapé par une trachéostomie. Un patient trachéostomisé a des problèmes de voix et de respiration et est exposé au risque d’asphyxie et de mort si le tube de trachéotomie est bouché ou égaré. Ces patients handicapés par une trachéotomie sont une source de stress, de frustration et de lourd fardeau pour leur famille.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.chuv.ch/airways